mercredi 25 juillet 2012

Histoire de vacances...


Aux origines de l’Office du Tourisme ****
Pau est marquée par la tradition d’accueil qui est née de l’attrait pour la ville des hivernants étrangers, venus profiter de la douceur du climat béarnais dès les années 1830.
« Chaque ville a son industrie et l’exploite selon une échelle de proportion qui lui est imposée et par la limite de ses forces productives et par les caprices du commerce extérieur, ou simplement par une vogue momentanée. A Bordeaux, tout le monde sans exception est marchand de vin. A Bagnère, on est marchand d’eau. A Pau, on vend de l’air. Le vin s’expédie ; les chimistes dans leurs laboratoires fabriquent toutes les eaux imaginables, la nature elle-même s’y tromperait. Mais le climat ne se met pas en bouteille. Il faut venir le prendre sur place. »
(S. de Bellèze. Voyage de Paris aux Pyrénées, simples causeries. Pau : imprimerie de E. Vignancour, 1854).
Le succès est tel qu’à partir du milieu du XIXème siècle, il devient désormais de bon ton de passer l’hiver à Pau pour y soigner sa santé… ou seulement s’y montrer! Le tourisme est donc un secteur favorisé et dans le domaine de la promotion et de l’accueil, Pau a été une pionnière.

Ainsi, en 1859, est fondée la Commission syndicale de la Ville de Pau, association qui comptait en 1872 environ 300 membres. Ses objectifs étaient « d’étudier toutes les questions qui se rattachent au séjour des étrangers à Pau et contribuer autant que possible à ce qu’elles reçoivent bonne solution ». En somme, cette association avait une vocation reconnue d’intérêt général par la Ville car elle aidait à résoudre les problèmes, plus ou moins importants, que pouvaient rencontrer les visiteurs lors de leur séjour. Elle devait aussi « recourir à la publicité en France et à l’étranger, pour faire connaître tous les faits qui peuvent être loyalement invoqués à l’avantage de Pau, et défendre énergiquement de près ou de loin sa réputation, si elle était attaquée ». Elle éditait déjà des guides à destination des étrangers venant en séjour, court ou long. Les guides régulièrement mis à jour (à peu près tous les 2 ans) se déclinaient en notices : les bases de la promotion touristique semblent déjà posées.

Celui de 1872, correspondant à la 6ème édition, se divise en plusieurs parties qui témoignent d'un certain art de vivre cosmopolite. Elle s'organisent comme suit : un portrait de la ville de Pau (« tableau exact » et retour historique), le Château de Pau, une notice médicale sur le climat (guide pour une station climatique), les promenades (plus ou moins loin, à pied, à cheval ou en voiture hippomobile), le théâtre de Pau, les marchés, les productions du pays, les fontaines, les chasses et sports, les établissements d’enseignement, les établissements publics, les cultes religieux, les médecins, les consulats, les postes, les chemins de fer, le télégraphe, les voitures (publiques et de promenades), la Société des Amis des Arts, le Musée de la Ville, la Bibliothèque populaire, les Sociétés des Lettres, Sciences et Arts, les Cercles (Anglais, Henri IV et cercle Béarnais, nouvellement installé en 1872 dans les locaux de l’hôtel Gassion), les statistiques sur les familles étrangères à Pau (fixées ou venant passer l’hiver), le Boulevard du Midi (Grand hôtel Gassion, « mais à quand l’élargissement du boulevard du Midi ? »), les renseignements utiles à ceux qui viennent passer l’hiver à Pau (se loger ; domestiques ; denrées coloniales ; pain et viande ; La Boucherie agricole ; bois à brûler ; lait, œufs, volaille, gibier, poisson, légumes ; ramonage de cheminées et assurances contre l’incendie ; blanchissage et repassage du linge ; eau potable, « il est impossible de trouver meilleure eau que celle de Pau »), Pau station d’hiver (articles parus dans des journaux sur les avantages du climat palois), Les Eaux thermales des Basses-Pyrénées (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Saint-Christau, Salies-de-Béarn, Cambo, Biarritz, St-Jean-de-Luz, source minéral de St-Boès).



Curieux ? Vous pouvez lire l'intégralité du Guide à Pau et aux environs de 1872 en cliquant ici !

En 1885-86, une Union Syndicale pour le Tourisme voit le jour, supplantée en 1903, par le Syndicat d’initiative de Pau créé par la Ville. Cette association à but non lucratif était en charge d’organiser l’accueil des visiteurs et de mettre en œuvre le programme public des festivités saisonnières de la commune. De nos jours, l’Office de Tourisme **** développe une offre sur toute l’agglomération de Pau-Pyrénées.