mercredi 14 décembre 2011

L'inauguration de l'Orgue Cavaillé-Coll-Roger restauré à la Chapelle des Réparatrices

Un orgue, des savoir-faire rares

Le Conservatoire de Musique et de Danse a inauguré ce lundi 12 décembre 2011 son orgue Cavaillé-Coll-Roger restauré grâce au travail minutieux de l'équipe de Michel Jurine, facteur d'orgue dont l'atelier est situé à Rontalon, sur les coteaux du lyonnais, grâce au soutien que la Fondation du Patrimoine et de la Fondation Total ont apporté à la Communauté d'Agglomération de Pau-Pyrénées.
Il a pu résonner à nouveau au sein de la Chapelle transformée en auditorium !
Pour en savoir plus sur l'atelier de Michel Jurine et le métier de facteur d'orgue, cliquez ici.
Pour voir la vidéo de l'inauguration sur la web-tv de Pau, c'est .

Histoire d'orgue
L'orgue de la Chapelle des Réparatrices a été construit par Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899), célèbre facteur d'orgue du XIXème siècle. Il a été offert à la Communauté des Réparatrices (religieuses) par la Baronne belge Van der Linden d'Hooghvorst qui rendait hommage par ce geste à sa fille unique (décédée à 28 ans en 1882 et enterrée dans la crypte de la chapelle) qui avait fondé cette communauté religieuse sur leur propriété paloise.
L'orgue est arrivé à Pau dans le courant de l'automne 1889.
Dès 1890, ce bel instrument subit une série de transformations débouchant sur un agrandissement important : l'orgue passe alors de 12 jeux à 19 jeux. C'est l'oeuvre de Miche Roger, disciple de Cavaillé-Coll. Il signe d'ailleurs son intervention en tamponnant son cachet sur les pièces rapportées et en laissant une inscription au crayon trouvée lors de la restauration : "Michel Roger, facteur d'orgue fecit, anno 1890".

Mécanique de l'orgue
L'orgue est un instrument caractérisé par une mécanique complexe, enfermé dans un buffet en bois remarquable, de style néogothique, qui l'habille en partie.







L'orgue est un instrument multiforme, un orchestre entier à lui seul. L'organiste, en musicien habile, peut presque tout lui demander. En véritable chef d'orchetsre, il anime une mécanique bien huilée pour faire résonner les différents sons et tonalités que l'orgue peut exprimer. Pour cela, il se place véritablement au coeur de l'instrument d'où il actionne les claviers et les pistons.




La restauration de cet orgue a été une entreprise monumentale : elle a nécessité son démontage complet (qui a été effectué du 22 février au 4 mars 2011). Toutes les pièces ont alors pris le chemin des ateliers à Rontalon. Seul le buffet a fait l'objet de toutes les attentions sur place afin de retrouver sa splendeur passée.



Au total, plus de 5 000 heures de travail ont été nécessaires à la remise en état de l'instrument qui sera remonté entre le 14 février et le 22 avril 2011.

Mais le travail ne s'arrête pas là pour autant : mécanique complexe certes, l'orgue est aussi une harmonie délicate à retrouver. La mise en harmonie a débuté au mois de juillet 2011 et les tuyaux de l'orgue ont pu à nouveau sonner de concert au mois de décembre.


Ce patrimoine ouvre une nouvelle ère de son histoire auprès des élèves et des professeurs du Conservatoire. A n'en pas douter, les musiciens enchenterons désormais les oreilles des Palois lors de nombreux concerts!


Et aussi... du nouveau sur les chantiers du patrimoine

Dans la rubrique Les chantiers du patrimoine et le projet urbain, un zoom sur un ouvrage d'art aussi impressionnant qu'éphémère : l'échafaudage du Pavillon des Arts.